Quand la cuisine burkinabè est appréciée à Washington

91 0

 

PH burkina 24 pour diasporaLe 21 mars 2014, lors de « la grande fête de la Francophonie » à Washington, les plats burkinabè ont attiré l’attention de bon nombre de participants.

Comme chaque année au mois de mars-avril, l’ambassade du Burkina Faso aux Etats-Unis d’Amérique a pris part aux différentes manifestations au programme (de la quatorzième édition)  du festival de la francophonie de Washington, D.C, activité inscrite cette année dans un cadre plus général de la célébration organisée le jeudi 20 mars dernier par l’OIF, lors de la 20ème journée internationale de la francophonie. 

Organisé par  plus de trente cinq(35)  autres ambassades des pays membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) accréditées dans la capitale fédérale des Etats-Unis, en partenariat avec l’Alliance Française, la Maison Française et le Smithsonian Associates, le festival francophone de Washington,D.C. a une fois de plus célébré les talents d’artistes francophones exerçant notamment dans  la musique, le cinéma ou le théâtre. Les objectifs poursuivis étant la promotion de la  langue française ainsi qu’un partage de valeurs de solidarité et de dialogue des cultures portées par la Francophonie.

Particulièrement, la tenue de « la grande fête de la Francophonie », activité d’attraction des différentes manifestations entourant l’organisation du  festival, très attendu tant par le public que les médias,  s’est déroulée le vendredi 21 mars 2014 à la Maison française dans l’enceinte de l’ambassade de France à Washington, D.C.

L’occasion a été donnée aux quelques 1600 convives de vivre au rythme de la diversité musicale et de danses des pays francophones. Ils ont aussi eu à déguster et  apprécier les mets des peuples des pays membres de la francophonie proposés pour la circonstance par les personnels des ambassades de pays participants.

Tout comme les années précédentes, le stand alloué au Burkina Faso, a encore connu la grande affluence des convives.  A la satisfaction de Son Excellence, Monsieur Seydou BOUDA et de ses collaborateurs de la représentation, bien mobilisés pour défendre la réputation  de leur pays à cette tribune spéciale de la francophonie. Les raisons de cette attraction du public sont à rechercher entre autres dans la présentation très attrayante, d’une année à l’autre, du stand du Burkina Faso, aux couleurs notamment nationales.  Ont été  bien disposés, ça et là, à l’intérieur l’espace affecté à notre pays, des objets d’art les plus représentatifs de la diversité culturelle et artistique du Burkina (objets en  bronze,  de la sculpture, de la vannerie, du tissage…).  Mais, pas seulement.

L’autre élément, objet de la curiosité des convives,  est  aussi et sans conteste, la variété des  mets du Burkina Faso proposés à la  dégustation. Pour l’édition 2014, étaient au menu: le niébé (haricot) à la sauce tomate, le niébé (haricot) à l’atiéké (dénommé Ouaga-Abidjan), accompagné de poisson frit ou de sauce tomate, le tô de maïs à la sauce oseille-épinard-poudre d’arachide. Divers jus : le jus de  gimgimbre ou le bissap(jus à base de fleurs d’oseille). Dans le domaine des  viandes, citons: les brochettes au coura-coura (poudre d’arachide) comme on les aime à Koupéla ou  à Kaya ainsi que les cuisses de poulets marinées et grillées à petits feux……Le tout dans un assaisonnement avec des aromes exotiques et bien piquants de chez nous. Imaginez le reste. Pour la préparation de tous ces mets, les  femmes travaillant à la représentation diplomatique du Burkina à Washington, D.C. ou celles dont les époux  y travaillent  ont mis tous les soins et les talents nécessaires. Sous la supervision de Madame  Adèle BOUDA, épouse de l’Ambassadeur Seydou BOUDA. Je puis vous affirmer que la réputation du Burkina Faso en ce lieu a été, cette année encore, à la hauteur des attentes des convives.

En tout cas, à  la Maison française ce vendredi 21 mars 2014,  l’affluence et l’engouement du public  pour les mets burkinabé ont été tels qu’en un laps de temps les plats se sont vidés malgré les quantités préparées d’autant qu’on s’attendait plus ou moins à connaitre ce succès. Il ne leur restait plus  qu’à admirer les objets d’art exposé pour la circonstance. Là aussi, certains visiteurs sont tombés sous le charme de certains comme les chapeaux ou les bonnets tissés qu’ils ne  souhaitaient ni plus ni moins qu’à pouvoir les acheter séance tenante.

Pierre WAONGO

Attaché de presse

Ambassade du Burkina Faso/Washington, D.C.

Source : Burkina 24

 

Comments

0 comments

Related Post

Miss Burkina USA 2013

Posted by - 2 septembre 2013 0
La soirée Miss Burkina-USA 2013 qui s’est déroulé le 31 Aout à New York se termine par le sacre de…

Your reaction

NICE
SAD
FUNNY
OMG
WTF
WOW

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *